Les membres de plusieurs structures associatives du corps médical d’urologie dont l’Association Panafricaine  des Chirurgiens Urologues (PAUSA), la Société Médicale du Congo (SMC), et la Société Congolaise de Chirurgie (SOCOCHIR) ont tenu, ce 08 juin 2019 à Brazzaville, la 1ère journée d’urologie du Congo. Patronnée par le Recteur de l’Université Marien Ngouabi Jean Rosaire IBARA, cette journée a connu la participation de plusieurs médecins urologues des pays de la Sous – Région.

Vulgariser, sensibiliser, susciter des vocations de cette pathologie sont autant des missions que les Urologues du Congo  se sont donnés comme priorité et engagement autour des pathologies urologiques auxquels sont confrontés les populations du Congo en particulier et d’Afrique en général.

 C’est dans ce cadre que le Professeur Prosper Alain BOUYA, chef de service d’urologie du CHU-B et président du comité d’organisation de cette journée, a rappelé combien il était tant important de faire connaître la spécialité « d’urologie » afin d’aider les malades à une meilleure prise en charge, donc d’une meilleure pratique médicale de cette pathologie. Aussi, il appelle et susciter  les vocations de cette spécialité aux jeunes apprenants pour qu’ils s’y intéressent davantage.  « Nous n’avons pas encore le nombre d’urologues qu’il fallait. Nous devons former les cadres, les spécialistes. Maintenant, nous avons plus de ressources humaines pour créer l’association et dynamiser cette spécialité. L’urologie commence depuis l’enfance et concerne les jeunes, hommes/femmes et vieux parce que ce sont les pathologies de l’appareil urinaire ».

Au cours de cette rencontre médicale, plusieurs thématiques relatives au cancer de la prostate et à la fistule uro-génitale  ont été abordées par les participants. Il s’agit de l’uro-oncologie, l’endo-urologie, l’uro-néphrologie, l’histoire de l’urologie, l’andrologie et uropathies malformatives ainsi que les urgences et infections. Seulement, le Professeur Prosper Alain Bouya déplore le manque de matériel adéquat au Congo pour les Urologues car dit-il « l’urologie est une spécialité qui nécessite des équipements spéciaux que nous n’avons pas ici et toute l’exploration par les voies naturelles l’endoscopie ».

De son côté, le Recteur de l’Université Marien Ngouabi Jean Rosaire IBARA a indiqué aux participants que le gouvernement congolais ne cessera de mener un combat fructueux afin d’y  parvenir. « L’Organisation Mondiale de la Santé a lancé une alerte sur une augmentation rapide et alarmante des pathologies; choisie comme thème de ce congrès. Chers collègues, les défis sont nombreux mais nous ne reculerons pas », a renchéri le Recteur.

Au finish, l’association d’urologie du Congo a été créée afin de pallier aux insuffisances de cette pathologie. Cette association tend pérenniser ses actions en organisant des formations continues et échanges pour le bien de la population congolaise et d’Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
22 + 22 =