Le PEN Centre Congo, avec le soutien de l’Union nationale des écrivains et artistes congolais (UNEAC), a organisé du 08 au 10 octobre 2020 à Brazzaville la 4e édition de la rentrée littéraire du Congo sous le thème «Littérature, legs et mémoires». Cette rentrée littéraire s’est inscrite dans le but de mettre en valeur le travail des auteurs et écrivains congolais à travers la parution de leurs œuvres littéraires.

Après la présentation de la leçon inaugurale sur le thème général, il a été rappelé qu’on ne peut séparer la littérature de l’histoire parce qu’une œuvre, telle qu’elle soit, a toujours une histoire à raconter et la plupart des littératures africaines puisent leur source dans les événements historiques et socioculturels vecus par des humains.

Le premier et le deuxième jour, plusieurs auteurs et écrivains ont présenté, lu quelques extraits et parfois dédicacé leurs œuvres littéraires devant un parterre des passionnés et amoureux des livres. Parmi les titres à retenir, on peut citer «La dernière injection» de Madame NIAMA ; « Frikia, pèlerin des âges» et «La foi de Ferréol» de Ferréol Gassackys.

«La dernière injection », paru aux éditions Hemar est un roman dont l’histoire, d’après l’auteur Mme NIAMA, tourne malheureusement autour de la mort. “Un voyage, une odyssée qui met en avant son géniteur qui a beaucoup plus été un mentor, un coach, un ami pour sa femme et ses enfants”, a-t-elle laissé entendre.

Après donc cette série de présentation des livres, s’en est suivi la présentation de la Fondation Mfumu par le Professeur Grégoire Lefouoba et Donald Fylla. Pour Donald Fylla, fils du feu MFUMU Fylla Saint-Eudes dit aussi Mfumu Di Fua Di Sassa, ce dernier, membre de la communauté culturelle littéraire était un talent qui a écrit plusieurs oeuvres littéraires. «Le but de cette Fondation, c’est de perpétuer la mémoire de MFUMU Beaudelain Fylla . On va rassembler toutes ses œuvre dans un lieu qui était son lieu d’habitation ; le constituer en quelque sorte en un lieu de rencontre culturelle où les gens pourront venir consulter ses œuvres, où nous allons nous employer à la réédition, à la republication de toutes les oeuvres dont il a été l’auteur, co-auteur…L’idée, c’est de faire en sorte qu’il soit inoubliable parce que l’homme fut bon, droit, honnête et intègre » , a-t-il souligné.

M. Donald Fylla donnant le bien fondé de la Fondation Mfumu.

Allant dans le même sens, le Pr Grégoire Lefouoba a loué le talent littéraire de l’écrivain et a partagé , au public, quelques anecdotes vécues avec Mfumu Fylla, avant d’ajouter «on meurt mais les écrits restent » .

Poursuite des activités de la Relico 2020 le lendemain 9 octobre…

Au deuxième jour, le même rituel a été effectué avec la présentation des livres, la lecture des extraits et dédicace des livres tels que “Seule la lutte libère” de Mme Mireille Opa-Elion et “Les froudres du destin” ou la morsure de l’amitié de Mme Gertrude Hobain-Mongo.

Paru aux éditions Les lettres Mouchetées, le livre “Seule la lutte libère” parle de l’excision et mutilation où l’auteur s’insurge également de certaines pratiques d’un autre temps. Ce livre démontre avec force et pertinence que la place de la femme dans la société africaine, et partout dans le monde, n’a cessé d’évoluer et joue un rôle incontournable sur le plan social, économique et politique d’une nation. «Ce livre, c’est pour motiver les femmes à se libérer des injustices dans la société» ,a fait savoir Mireille Opa-Elion.

De son côté, Gertrude Hobain-Mongo, auteur de l’oeuvre “Les foudres du destin” reparti en treize chapitres, retrace le parcours d’une jeune fille dont la vie a été marquée par des événements tragiques. Pour elle, «Ce livre parle d’une jeune femme au zénith de sa gloire mais qui au plus haut d’un envol social bâti sur fond de traîtrise, d’infidélité et d’escroquerie, se heurte brutalement à un événement inattendu qui l’entraîne inexorablement dans l’abîme du déclin».

Satisfait de la bonne tenue de cette Relico 2020, le président du Pen Centre Congo-Brazzaville, M. Florent Sogni Zahou a indiqué que cette 4è édition a été marquée par la présentation et la célébration des nouveaux ouvrages sur le marché littéraire. C’est dire que la littérature congolaise est en parfaite santé puisqu’elle ne reste pas en marge du succès. «C’est pour la promotion du livre que nous avons été réunis durant ces quelques jours», a-t-il conclu.

Organisée en partenariat avec la librairie Les Manguiers, les Dépêches de Brazzaville, Culture Elongo prix des cinq continents et CLE, la 4è édition de la rentrée littéraire du Congo a baissé ses rideaux avec la remise des prix , notamment le Grand prix littéraire ‘’Jean Malonga’’, respectivement dans sa version du Mécénat et dans celle de Création à la Fondation Mfumu Beaudelain ‘’l’altruiste’’ et l’écrivain Alphonse Chardin Nkala.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =