Pour évaluer l’impact des inondations, identifier les coûts et autres appuis nécessaires à la réponse au relèvement qui permettront une mobilisation plus poussée des ressources avec d’autres donateurs, le ministère des Affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire en partenariat avec le PNUD Congo a organisé, le 12 novembre à Brazzaville, un processus d’évaluation post-catastrophe en vue de répondre aux attentes des populations en détresse, en assurant le relèvement des populations dans les zones affectées par les inondations dans le Nord-Congo. Tenu par visio-conférence, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la présentation des résultats sommaires de l’évaluation des catastrophes afin de soutenir l’élaboration et la validation d’une stratégie de prévention et de gestion des inondations ainsi que la coordination des interventions.

Au total, plus de 2000 personnes (femmes, enfants et personnes âgées) ont été affectées par de fortes pluies tombées au Nord du pays . Ces évaluations dans les départements, tel que la Likouala, la Cuvette, les Plateaux, la Sangha, ont révélé de forts impacts sur plusieurs secteurs des établissements humains: santé, eau, hygène et assainissement, sécurité alimentaire et nutrition, moyens de subsistance, abris, éducation…

C’est pourquoi, pour faire face à cette situation et qui risque de s’aggraver en cas de persistance, le Gouvernement et les Agences du Système des Nations-Unies (SNU) ont apporté des aides humanitaires à ces populations.

«Pour aider nos populations à ne plus vivre chaque année ces catastrophes, nous devons mettre l’action sur la durabilité des actions que nous allons mener notamment sur l’habitat (…) pour que les populations ne s’inquiètent plus chaque année», a souligné Mme Ndinga Ndzondo, Ministre des affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire, après avoir félicité les experts pour le travail abattu.

En outre, elle a sollicité auprès des partenaires, un montant de 30 millions de dollars, tout en rappelant que l’année dernière, le Gouvernement avait apporté un milliard de FCFA pour ces inondations au Nord du pays .

Pour assurer ce relèvement, il s’agit précisément de déterminer les dommages et pertes causé par les inondations et faire un état des besoins le relèvement des populations, avec estimation du coûts ; élaborer et valider un plan d’action d’appui au relèvement des populations, assorti des recommandations pour l’élaboration d’une stratégie nationale de préparation avec les parties prenantes aux futures inondations.

Après la présentation des résultats sommaires de l’évaluation post inondations au Nord-Congo, l’expert du Pnud et conseiller au programme de gouvernance, a fait savoir qu’il est nécessaire de de mobiliser les ressources pendant une période de deux ans ; ce qui permettra aux équipes d’intervenir dans les zones affectées.

Pour lui, « les interventions d’appuis au relèvement des populations devraient débuter dès l’année prochaine et une stratégie sera adoptée par le Gouvernement et les partenaires techniques et financiers pour contourner toutes ces difficultés qui se profilent à l’horizon» , a-t-il ajouté.

À cet effet, le représentant-résident du PNUD, Maleye Diop, rappelant l’intérêt de cette évaluation des impacts des inondations et sur la volonté des partenaires techniques et financiers (PTF), a réitéré son engagement pour accompagner le Gouvernement dans la gestion des inondations dans le Nord du Congo.

Populations affectées par les inondations au Nord Congo .

Les équipes du Système onusien , du ministère des affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire ainsi que la coordination des interventions, ont émis le souhait de se retrouver à nouveau le plus tôt possible pour valider le rapport sur l’élaboration et la validation d’une stratégie de prévention et de gestion des inondations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
11 − 3 =