Après 3 mois de fermeture, les lieux de culte ont été autorisés à ouvrir en République du Congo dans le strict respect des règles barrières contre le Coronavirus. Seulement, certaines églises ont pris la décision d’ouvrir et d’autres non. C’est le cas de l’Église orthodoxe au Congo qui a décidé d’attendre le feu vert de sa hiérarchie pour reprendre officiellement avec les activités réligieuses. Le père Jacob MIAYOKELA NTSOUMOU, Curé de la paroisse de la Résurrection de Seigneur de l’Église orthodoxe, St Archidiocèse du Congo et Gabon s’est prêté au micro du site Panoramik-Actu.com le vendredi 26 juin 2020 à Brazzaville pour en donner les détails.

Le curé de la paroisse, Père Jacob.

Pour lui, la période de confinement qui était inédite à cause du Coronavirus, ne les a pas empêché de paitre les brébis dont ils avaient la gestion ou la charge car le Seigneur a dit  »si tu m’aimes, pais mes brébis ».

Pendant cette période, ils priaient, respectivement, dans leurs maisons, en choisissant ensemble des heures spéciales afin de former une chaine de prière.
Une façon de ne pas se séparer de l’amour de Dieu.

Satisfait de la décision du Gouvernement de réouvrir les lieux de culte, le père Jacob précise qu’en ce qui les concerne, pas de reprise des célébrations réligieuses avant le feu vert de sa hiérarchie.

« L’église orthodoxe a une organisation, une administration ecclésiastique. C’est vrai que le Gouvernement nous a donné le top pour ouvrir, mais au sein de l’Église orthodoxe c’est l’archevêque qui administre l’église. Nous attendons la circulaire de notre archevêque pour nous donner des directives quant à la manière de procéder, tout en respectant les mesures édictées par le Gouvernement », a-t-il souligné.

En attendant cette décision de reprise officielle, le père Jacob appelle les fidèles à poursuivre leurs prières dans les maisons.

« La famille c’est une église en miniature. Chaque famille, dans sa maison prie, mais nous avons une heure fixe pour débuter ensemble à la même heure pour former cette chaine de prière » ,a-t-il ajouté.

Selon lui, le nombre de 50 personnes pouvant être présent dans un temple réligieux peut paraître insignifiant mais c’est pour une raison valable de santé.

« A tous, respectons les mesures barrières contre la Covid-19 car c’est un problème de santé. Pour l’amour de Dieu, il faut se protéger soi-même mais aussi les autres », a dit le père Jacob , appelant tous les congolais au bon sens et au discernement afin d’éviter que la Covid-19 se propage de plus en plus.

Habituellement, l’Église orthodoxe ouvre ses portes tous les jours, le matin et le soir. Et le dimanche est réservé pour le grand rassemblement. La paroisse de la Résurrection du Seigneur se trouve au centre-ville à Brazzaville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
25 − 8 =