Ce 29 juin 2020 à Brazzaville, la Ministre en charge des transports et de l’aviation civile, Olga Ghislaine Ebouka-Babackas a échangé avec les les responsables des structures de l’aviation civile installées à l’aéroport Maya Maya. Une visite qui a permis de mieux comprendre en touchant du doigt la réalité des difficultés auxquelles sont confrontés ces différentes structures du sous-secteur aérien, suite à la fermeture des frontières due au Coronavirus, afin de mettre en place une politique adéquate pour remonter la pente du traffic par rapport aux réalités congolaises.

Tour à tour, Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, Ministre des transports et de l’aviation civile a échangé, respectivement, avec les responsables de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) , d’AERCO , de Congo Handling et de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) pour être édifiée sur leurs états des lieux (situation générale, objectifs, missions, priorités, apport économique, attentes…) car certains équipements aéroportuaires dans les aéroports de Pointe-Noire, de Brazzaville et d’Ollombo se trouvent également dans un état d’ancienneté.

Par rapport à la baisse du traffic et donc des recettes, les acteurs du sous-secteur du transport aérien ont sollicité un appui ou plutôt une subvention de l’État pour remonter la pente.

Satisfaite des échanges, la Ministre en charge des transports n’a pas manqué de donner des orientation à ces différents acteurs en rappelant

«bien qu’on soit dans un secteur où on ne peut pas pas se satisfaire des résultats à l’instantanéité, mais l’objectif est d’atteindre au moins 99 % dans le sous-secteur du transport aérien au Congo. C’est pourquoi nous avons souhaité qu’il y ait une réflexion qui produise des effets, et qui va certainement nous aider à mettre en place une politique adéquate par rapport aux réalités congolaises, parce que si nous ne sommes pas à la hauteur des enjeux en matière de sécurité et sécurité, nous seront Out ».

A-t-elle poursuivi que «lorsqu’il il s’agit de la réglementation sur la sécurité, sur la sûreté, il y a forcément des détails complexes et techniques. C’est pourquoi, j’ai tout intérêt à avoir une agence en charge de la sécurité aérienne qui est bâtie sur un socle solide, celui des ressources humaines de qualité ».

Au terme de ces séances de travail, Mme le Ministre et sa délégation ont visité toutes les infrastructures installées à l’aéroport international Maya Maya.

A noter que cette première visite qui s’est s’inscrite dans le désir de comprendre la situation générale , est intervenue dans un contexte qui était marqué par la fermeture des frontières, la baisse drastique du trafic et des recettes pour tous les acteurs du sous-secteur du transport aérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
24 + 14 =