La 28ème session des Vendredis de Carrefour s’est tenue, le 08 décembre 2023 à Brazzaville. Les  participants à savoir les autorités nationales, internationales et experts du secteur agricole ont débattu en général sur le thème : « Agriculture, Sécurité alimentaire, Agro-industrie industrie en Afrique : modèles de développement et modes de financement ». Cette rencontre a été marquée par quatre panels de haut niveau axés sur les questions du secteur agricole.

L’objectif visé par les organisateurs de cette assise était d’instituer un cadre de dialogue, d’échange d’expérience entre les plusieurs acteurs du secteur public et privé, ministres, directeurs généraux en vue d’apporter des idées dynamiques et novatrices pouvant contribuer à  formuler des politiques publiques pour le développement du secteur agricole en Afrique. 

Pour le Secrétaire Général du Think Tank, Mike Gloire M’VILA , « ce rêve agricole nous impose donc d’emprunter un chemin nouveau à l’exigence de marquer un stop au carrefour de l’ingéniosité pour penser une agriculture, comme elle doit être compatible avec nos habitudes et cultures alimentaires et donner place dans nos assiettes à moins de pizzas, hamburgers, et peut-être pourquoi pas allusion de bananes, de couscous à base de farine de manioc, etc. ».

 Dans son allocution, il a rappelé une citation de Koffi Anan qui, jadis, disait : « Si  l’Afrique veut éradiquer la pauvreté et la famine d’ici à 2030, l’agriculture devrait être au cœur de sa stratégie ».

Selon Bruno Jean Richard ITOUA, Président d’honneur du Think Tank , l’Afrique n’a pas le droit d’être le continent de la famine, avec des images choquantes (enfants aux images squelettiques manquant de tout). Elle ne peut pas continuer à être celle au chevet de laquelle on vient pour lui apporter à manger, elle ne peut pas être le continent de la malnutrition.

Je crois en l’Afrique des secteurs. Je crois que l’agriculture pourrait être ce secteur sur la base duquel, sur le fondement duquel l’Afrique économique se construirait, parce qu’elle a tous le atouts pour être un géant agricole. Elle doit  produire non seulement pour elle-même mais produire pour apporter aux autres. Nous pouvons produire tout ce qui se produit ailleurs , a-t-il dit, avant de renchérir que la diversité du climat nous en donne le pouvoir et la capacité, la qualité du sol, l’abondance de l’eau .

De son côté, Louise Pierrette MVONO, Représentante de la Banque Mondiale au Congo a déclaré que le thème principal vise à mener des réflexions en pensant à toute la chaîne de production agricole. Il y a la sécurité alimentaire et nous nous nous devons de répondre aux besoins immédiats, mais en plus de cela nous devons bâtir un système qui permet que la nourriture qui est produite arrive effectivement dans nos assiettes et  à moindre coût , a-t-elle signifié.

Les panels ont porté sur les thématiques telles que :  » Problématique de la sécurité alimentaire et Enjeux de développement de l’agriculture en Afrique  » ;  » Aide au développement : Activités, résultats et perspectives d’avenir  » ;  » Financement du secteur agricole  » ;  » Modèles de développement et contribution à la sécurité alimentaire « .