La Ministre du Tourisme et de l’Environnement, Arlette Soudan Nonault, en sa qualité de Coordonnatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo a procédé, ce 06 septembre 2019 à Brazzaville, à l’ouverture du segment des experts prélude à la réunion extraordinaire du 07 septembre des Ministres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale sur la position commune de la Sous-Région au Sommet de l’action sur le climat. Cette réunion technique, qui a connu la participation de plusieurs experts des pays de l’Afrique Centrale , vise à préparer la Sous-Région au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 de ce mois en marge de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’ONU afin de redynamiser l’action climatique et d’amener les pays à présenter des plans concrets destinés à lutter efficacement contre les changements climatiques.

Justifiée par la volonté de diversifier leurs économies concentrées sur les énergies fossiles et les minerais, de lutter contre le chômage de plus en plus paradoxale, les Etats d’ Afrique Centrale, de commun accord, décident de mener une démarche qui consiste à avoir une position commune face au Sommet de l’Afrique sur le climat dont l’intérêt porte sur neuf(09) axes parmi lesquels la Finance, les Transitions Energétique et Industrielle, les Solutions fondées sur la nature; tel est l’objectif de cette réunion technique.

C’est dans cette optique que la Secrétaire Générale de la CEEAC, Chantal Mfoula, rappelant l’urgence climatique et le rôle majeur des forêts du Bassin du Congo dans la lutte contre les changements climatiques au niveau global, a indiqué aux participants que : « vos travaux de ce jour, vont se focaliser donc sur l’examen de l’Avant-projet de la Déclaration des Ministres de l’Afrique Centrale sur la position commune.  Attendus par les Ministres, les résultats de vos travaux présentent des enjeux politiques, diplomatiques, socio-économique et écologique très important pour une participation réussie de la Sous-Région au Sommet de New York ».

C’est pourquoi, la Ministre du Tourisme et de l’Environnement, Arlette Soudan Nonault, Coordonnatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo, ouvrant les travaux de cette assise technique des experts, a rappelé combien il est important pour les Etats d’Afrique Centrale de parler d’une seule voix à ce prochain Sommet. « La Sous-Région a décidé d’y parler d’une seule voix afin de prendre toute sa place dans l’un des axes de ce Sommet dénommée ‘’solutions basées sur la nature’’.  Les pays d’Afrique Centrale assument leur responsabilité dans la préservation et la gestion des forêts de la Sous-Région et, nous irons le dire à New York ».

En outre, elle a invité l’ensemble des experts des Etats membres à examiner de façon approfondie le présent projet à la lumière des orientations transmises « tout en mettant en valeur les atouts de la Sous-Région et les actions, initiatives et programmes en vue de concilier lutte contre les changements climatiques et développement économique ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations ».

Les effets néfastes du changement climatique sont de plus en plus visibles et impactent aujourd’hui la vie de millions de personnes à travers le monde. D’où l’intérêt majeur pour les Etats de l’Afrique Centrale qui abrite les forêts du Bassin du Congo, 2è poumon vert mondial de vouloir adopter une position commune en parlant d’une seule et même voix au Sommet de New-York.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =