Ce 1er novembre 2021, Brazzaville (République du Congo) a abrité la célébration de la Journée Africaine de la Jeunesse couplée à la tenue d’un dialogue intergénérationnel sous le thème « Jeunes, Levons-nous et Bâtissons ». Cette opportunité d’échanges, de partage de connaissances et de réflexions qui a réuni plusieurs jeunes venus des différents pays d’Afrique, le Gouvernement congolais conduit par le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso, les responsables des organismes internationaux, a été un moment pour bâtir ce véritable pont générationnel où il a permis à ces jeunes de faire entendre leurs voix.

Pour le Coordonnateur national de ce forum, l’honorable Exaucé Ngambili Ibam, cette journée est importante parce que des actions innovantes et durables doivent être menées afin de permettre aux jeunes d’être fortement impliqués. « Il est primordiale de renforcer les investissements en faveur de la jeunesse. A nous jeunes africains, soyons les acteurs de ce changement que nous voulons, engageons-nous dans le développement de nos pays » , a-t-il souligné.

Pour une meilleure prise en charge des questions de la jeunesse africaine voulue engagée et responsabilisée, conformément à l’agenda 2063, le Ministre congolais en charge de la Jeunesse, Hugues Ngouelondélé interpelle les jeunes à saisir les opportunités à travers ses idées et innovations capable de produire des changements significatifs dans les sociétés africaines et impulser ainsi le développement.

« L’organisation de ces assises est une manière louable de célébrer la reconnaissance accrue de jeunes en tant qu’agent clé pour le changement social et la croissance économique dans tous les domaines de la société africaine conformément aux aspirations de l’agenda 2063. Le désir des jeunes d’être entendu doit être comblé pour façonner le présent et l’avenir de notre continent. En Afrique, la jeunesse doit être une force de propositions et d’actions capable de produire des résultats qui devront améliorer de façon substantielle l’univers africain. Elle doit être une force porteuse de changement d’une réelle dynamique dans l’innovation et la créativité pour le continent » , a-t-il indiqué.

Dialogue Intergénérationnel : Les jeunes souhaitent travailler en commun, se faire écouter et agir pour une Afrique prospère…

« TOUT CE QUI SE FAIT POUR LES JEUNES, SANS LES JEUNES , EST FAIT CONTRE LES JEUNES …», a laissé entendre un des jeunes ayant pris la parole à cette cérémonie.

En panel, quelques jeunes échangeant avec le Chef du Gouvernement congolais Anatole Collinet Makosso

Face aux élites africaines en général et congolaises en particulier, Anatole Collinet Makosso , Premier Ministre, Chef du Gouvernement a répondu , de manière franche aux nombreuses questions qui minent les sociétés africaines : l’employabilité, la sécurité, l’entrepreneuriat, l’éducation, le développement des compétences, la santé et le bien-être, l’engagement citoyen, les droits et la gouvernance des l’engagement citoyen, les droits et la gouvernance des jeunes, etc.

S’adressant à ces derniers, il a indiqué que cette importante question des jeunes, longtemps traitée par les Gouvernements est récurrente. « Nous sommes ici pour soulever les défis contemporains, évoquer les problèmes sur lesquels les gouvernants doivent donner des réponses. Maintenant nous devons changer de paradigmes, nous avons besoin d’avoir des jeunes cadres qui donnent des réponses aux problèmes du continent. Et les jeunes sont bel et bien des partenaires pour pouvoir bâtir ce développement… » , a précisé Anatole Collinet Makosso, Premier Ministre, Chef du Gouvernement congolais.

C’est tout le sens du message du président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat qui a dit : ” En tant que jeunes, vous devez vous résoudre à surmonter les obstacles qui se dressent sur votre chemin à construire à l’avenir résilient et robuste fondée sur les valeurs de l’Afrique que nous voulons “.

Pour impacter positivement cette implication de la jeunesse africaine, des recommandations ont été formulées par ces jeunes élites africains à l’endroit des dirigeants africains; ce, pour une bonne gouvernance…

Célebrée le 1er novembre de chaque année, la Journée Africaine de la Jeunesse s’inscrit dans le cadre de l’adoption de la Charte Africaine au sommet de Banjul au cours de laquelle elle a été proclamée et instituée en 2006. Elle reste une opportunité de mettre à profit la motivation, l’énergie et la créativité des jeunes au service d’un renouveau politique, économique et social afin de renforcer les initiatives de réalisation du développement durable en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
26 + 27 =