Célébration du 73è anniversaire de la Journée Internationale des Droits de l’Homme (10/12/1948 – 10/12/2021)

0
215

Dans le cadre de la célébration du 73è anniversaire de la Journée Internationale des Droits de l’Homme célebrée chaque le 10 décembre, L’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Congo (ACAT-Congo) et la Fédération Internationale des ACAT (FIACAT) ont organisé, le 23 décembre à Brazzaville, une conférence-débat sur le thème « Sensibilisation des jeunes pour une meilleure appropriation des garanties judiciaires dans une procédure de justice ».

Dans son mot liminaire, Christian Loubassou, président d’ACAT-Congo, a souligné que ce thème choisi nous permet de reconnaître davantage que les libertés et droits fondamentaux sont inhérents à tout individu, qu’ils sont inaliénables et s’appliquent à tous.

« A travers ce thème, l’ACAT-Congo et la FIACAT voudraient faire valoir les notions d’égalité, d’équité, d’inclusion et de non discrimination dans une procédure judiciaire. Cette journée internationale est une opportunité pour informer et édifier les jeunes sur cette problématique » , a-t-il précisé.

En outre, a-t-il rappelé que l’ACAT-Congo entend poursuivre son engagement qui consiste à vulgariser les notions de garanties judiciaires au niveau des différentes couches sociales en République du Congo.

Présent à cette rencontre Hubert Mazikou, chef de service de programme à l’Institut National de Recherche et d’Action Pédagogique (INRAP) a fait une communication sur le thème « L’enseignement de l’instruction civique dans les établissements scolaires du Congo, gage d’une prévention à la violence scolaire et au crime ». Par rapport aux actes de violence qui sévissent en milieu scolaire, l’INRAP, a-t-il indiqué,s’est assigné comme objectifs ,à travers ces programmes d’Éducation Civique Morale et Éducation pour la Paix (ECMP) de permettre à chaque apprenant de s’approprier et de mettre en pratique les valeurs de civisme, de la morale et de la culture de paix. « Grâce à l’intériorisation du contenu de ces programmes, on serait capable de résoudre des conflits sans agressivité. L’enseignement de civisme et de la morale a toujours été une des préoccupations majeures de la Nation depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours » ,a-t-il dit.

Seulement, l’enseignement d’ECMP n’est que dispensé au niveau préscolaire et primaire. D’où l’utilité de le revisiter. « Les programmes d’ECMP doivent permettre à l’apprenant de connaître ses obligations, ses droits, devoirs, libertés et valeurs qu’il cultive pour s’intégrer dans la société. Ils permettent à l’apprenant d’être un citoyen responsable et civique, un acteur socio-économique, capable de lutter contre les antivaleurs » ,a-t-il ajouté.

A noter que ACAT-Congo mene depuis plus de 3 ans, un projet de lutte contre la détention préventive abusive dans les départements de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie et Ouesso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =