Congo/Agriculture : la FAO et le MAEP lance un nouveau projet pour booster le secteur

0
519

Dans le but d’améliorer la nutrition en République du Congo, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) ont lancé, le 25 mai à Brazzaville, l’initiative ‘‘Main dans la main’’ (MdM) ou ‘‘Hand in Hand initiative’’ en anglais (HiHi) et le projet d’appui au renforcement des capacités techniques et organisationnelles des acteurs de la chaîne de valeur du manioc dans les Zones Agricoles Protégées (ZAP) inscrit dans le projet ‘‘One Country One Product’’ (projet OCOP).

La cérémonie du lancement a réuni plusieurs personnalités, notamment Yannick Ariane RASOARIMANANA Représentante de la FAO au Congo, Paul Valentin NGOBO, Ministre de tutelle, les membres de la société civile, du secteur public et privé, des partenaires techniques et financiers ainsi que des investisseurs potentiels nationaux et internationaux.

Trois moment fort ont marqué cette activité. Il s’agit entre autres de la présentation des grandes lignes de l’initiative MdM et son appropriation, suivi de la présentation et la signature du projet ‘‘ One Country One Priority product’’ (OCOP), qui signifie en français « un pays, un produit prioritaire », et enfin la remise officielle des ouvrages du SVIRE-C.

L’initiative ‘‘Main dans la main’’ et le projet d’appui au renforcement des capacités techniques et organisationnelles des acteurs de la chaîne de valeur du manioc dans les zone agricoles protégées (ZAP) visent à améliorer de manière durable la nutrition et les moyens de subsistance du pays. En particulier, l’initiative MdM vise à accélérer la transformation structurelle de l’agriculture et le développement rural durable en vue d’éliminer la pauvreté, la faim et la malnutrition sous toutes ses formes.

Par ailleurs, elle contribue à l’atteinte des autres objectifs de développement durable. Aussi, le programme assurera l’approfondissement de faisabilité des études de développement économique retenue à savoir : le développement de la production de la farine de manioc, la production de soja et de maïs pour l’alimentation animale et humaine, le développement de l’élevage de volaille et la valorisation intégrée des ressources en eau pour l’agriculture, l’élevage et la pisciculture. Il fournira également une plateforme de collaboration et de coordination entre les acteurs impliqués dans le système mondiale de sécurité alimentaire, y compris les gouvernements nationaux, les ONG et les agences des Nations Unies.

« Cette initiative contribue à la mise en œuvre de programmes nationaux ambitieux qui, grâce à des modélisations géospatiales et analyses socioéconomiques avancées, ainsi qu’à une approche robuste de renforcement des partenariats, visent à accélérer la transformation des systèmes agroalimentaires en s’appuyant sur les marchés et à éradiquer la pauvreté, éliminer la faim et réduire les inégalités. Le projet lancé est la concrétisation des engagements pris à Rome pour supporter la politique agricole du Congo », a déclaré Yannick Ariane RASOARIMANANA, ajoutant que l’implication des tous les acteurs concernés et parties prenantes permettra au Gouvernement et à l’institution de concrétiser cette initiative.

Le projet OCOP signé entre les deux parties, vise le développement et l’optimisation de la production de la filière manioc. Les initiateurs du projet sont convaincus que cela contribuera tout autant, à améliorer la sécurité alimentaire du pays et aura un impact positif durable sur les moyens d’existence des populations locales.

« La mise en œuvre de ce projet visant à protéger les zones agricoles contribuerait grandement à la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition. En outre, cela aiderait à réduire les importations coûteuses qui pèsent sur l’État congolais. L’État bénéficierait d’une réduction des coûts des produits alimentaires et les travailleurs des zones agricoles protégées ne seraient plus classés comme chômeurs » , a expliqué Paul Valentin NGOBO, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

Le budget de ce projet signé entre la FAO et le Gouvernement congolais est estimé à hauteur de 250 000 USD. (Carmela M. / Rédaction PANORAMIK-ACTU)