Depuis 2002, la communauté internationale célèbre le 10 octobre de chaque année la journée mondiale contre la peine de mort. Cette année 2020, elle est célébrée à travers le monde sous le thème «Avoir accès à une avocate: une question de vie ou de mort». Au Congo, l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT Congo) et la Fédération Internationale des Acat(FIACAT) l’ont commémoré, à titre exceptionnel, sous le thème «La sensibilisation des parlementaires sur le Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort (OP2). Un thème qui met en lumière l’importance de sensibiliser les parlementaires sur la compréhension de ce traité international qui interdit explicitement les exécutions capitales ainsi que les défis à relever pour son appropriation par la population congolaise.

Trois (03) sous-thèmes ont constitué l’ossature des échanges entre les responsables de l’ACAT Congo et FIACAT avec les parlementaires et acteurs abolitionnistes en République du Congo à savoir “l’expérience de la République du Congo pour parvenir à l’abolition et à la sécurisation de la peine de mort” , présenté par Valère Mabiala Mapa représentant le président de la Commission nationale des droits de l’homme ; “Bref aperçu du Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort(OP2) et la nécessité pour les parlementaires congolais de le ratifier” , présenté par Itoua Privat Romeo, directeur des affaires criminelles au Ministère de la Justice et enfin “Quelles perspectives pour les parlementaires congolais à l’orée de la ratification d’une deuxième au protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort (OP2)” dont la présentation a été faite par le Président de l’ACAT Congo Christian Loubassou.

Au cours de cette commémoration, le président de l’ACAT Congo, Christian Loubassou a indiqué que «notre engagement pour l’abolition de la peine de mort ne doit s’arrêter avec son inscription dans la Constitution congolaise du 20 octobre 2015 mais, au contraire, doit nous inciter à nous mobiliser davantage vers sa sécurisation en faisant un plaidoyer auprès des autorités congolaises pour la ratification du Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte International relatif aux droits civils et politiques visant l’abolition de la peine de mort(OP2). Le but de l’Acat Congo est de rendre irréversible l’abolition de la peine de mort afin de garantir en toutes circonstances le droit à la vie à toute personne».

À l’issue de cette conférence-débat, les parlementaires présents, à cette cérémonie, se sont imprégnés des dispositions pertinentes contenues dans ce traité International formation et voter l’avant-projet en connaissance de cause. Aussi, les organisations de la société civile impliquées dans la lutte pour l’abolition de la peine de mort ont été également appelées à sensibiliser la population congolaise sur cet outil unique qui interdit explicitement la peine de mort.

A noter que la journée mondiale contre la peine de mort s’adresse à la fois à l’opinion publique mondial et aux dirigeants des pays n’ayant pas encore aboli ainsi qu’à ceux qui ont déjà aboli pour qu’ils contribuent tous efficacement à l’abolition définitive au niveau international.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
26 × 4 =