Depuis quelques temps, le monde entier est confronté à une crise sanitaire due au Coronavirus (CoviD-19). Au Congo, tenant compte de cette situation, le parti politique Union des Démocrates Humanistes YUKI(UDH-YUKI) a rendu public une déclaration lue, ce 13 avril 2020 à Brazzaville, par son porte-parole M. Justin Nzoloufoua, mettant en cause le décret du Gouvernement N°2020-103 du 6 avril 2020 qui autorise la poursuite les opérations du 5e recensement général de la population pendant la période de confinement.

Face à cette situation, l’UDH-YUKI, devant la presse et par la voix de son porte-parole Justin Nzoloufoua se demande « s’il est vrai que le recensement général de la population est un outil de prévision économique et d’encadrement des politiques publiques très important dans la vie d’une nation » et « s’interroge toutefois , si dans le contexte actuel de confinement de la population pour lutter contre la pandémie du CoviD-19, la poursuite des opérations RGPH-5 est une priorité, alors qu’un état d’urgence sanitaire a été décrété ? »

C’est dans ce cadre que le parti UDH-YUKI invite le gouvernement congolais à apporter des réponses au peuple congolais sur 3 questions essentielles notamment :  »en quoi va consister la poursuite des opérations du RGPH-5 : est-ce en l’établissement de la cartographie ou est-ce aux Passages des agents recenseurs de parcelle en parcelle ? Quel est l’avis du Comité des Experts scientifiques, mis en place pour lutter contre le CoviD-19, quant à la probabilité de Co-contamination des agents recenseurs ainsi que les familles confinées? ; Le gouvernement peut-il garantir les agents recenseurs que ces derniers ne seront pas contaminés? ».

A cet effet, devant ce triste tableau où le peuple est désemparé et stressé face à l’évolution de cette pandémie du CoviD-19 au Congo et ailleurs, l’UDH-YUKI fait savoir que: « un peu d’humanisme commenderait le gouvernement à surseoir la poursuite des opérations du recensement et à ne se concentrer uniquement que sur la recherche des solutions pour protéger les vies humaines face au péril du CoviD-19 ». Aussi, ajoute-t-il que « poursuivre les opérations du RGPH-5 ressemble à un acharnement envers un peuple et les familles en désarroi ».

Poursuivant la déclaration lue par le porte-parole Justin Nzoloufoua, l’UDH-YUKI met en exerce, à titre illustratif, deux (2) exemples qui confortent et traduisent leur sentiment du manque d’humanisme des gouvernants congolais. Il s’agit premièrement d’un père de famille qui se cache avec ses enfants pour se mettre à l’abri de la pandemie voit soudain entrer dans sa parcelle, le percepteur des impôts qui lui demande de déclarer son patrimoine. Secondo, un agent recenseur qui entre dans une parcelle pour dénombrer les personnes qui y vivent, alors qu’au même moment, l’un des enfants de cette famille, atteint par le CoviD-19, est entre la vie et la mort.

Ainsi donc, au regard de ce qui précède, l’UDH-YUKI fait quelques recommandations au Gouvernement congolais telles que : « le RGPH-5 doit se faire en période de paix, mais le Congo n’est pas en période de paix: le Congo, comme tous les pays de la planète est en guerre contre un ennemi invisible; l’Assemblée nationale, chambre des représentants du peuple, devrait se retrouver en session extraordinaire pour redéfinir les priorités nationales et les envoyer au Président de la République; le Président de la République, Chef de l’Etat devrait recevoir les présidents des partis politiques, les représentants de la société civile ainsi que des confessions religieuses pour recueillir leurs propositions face à cette crise sanitaire qui s’avance et a déjà fait des milliers de victimes dans le monde. »

A noter que, cette déclaration de l’UDH-YUKI s’inscrit dans le cadre de l’élan de solidarité et d’humanisme qui consiste à se concentrer de manière primordiale sur la recherche de solutions pour protéger les Congolais face au péril du CoviD-19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =