Suite aux actes inciviques et immoraux posés dernièrement dans un lycée d’enseignement technique et commercial à Brazzaville, le Gouvernement congolais s’est résolu d’initier une campagne de promotion des valeurs citoyennes et civiques dans tous les établissements scolaires du Congo. Cette campagne a été lancée, ce jeudi 22 février 2024, par le Ministre du Contrôle d’Etat, de la Qualité du Service Public et de la Lutte contre les Antivaleurs, Jean-Rosaire IBARA, en présence de ses homologues en charge de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation ; de l’Enseignement Technique et Professionnel ; de la Décentralisation et du Développement Local ainsi que des élèves et personnel enseignant du lycée de la Révolution située dans l’arrondissement 5 Ouenzé.

Le respect des lois d’une nation, des règles de la vie en communauté et surtout des symboles de la République sont des valeurs que tout bon citoyen doit s’efforcer de mettre en pratique. En vue  d’éradiquer ces comportements et attitudes malsains en milieu scolaire, les autorités congolaises ont jugé nécessaire de susciter la prise de conscience et de morale des élèves à travers cette campagne de sensibilisation dans les établissements d’enseignement général et technique, puisque l’école, creuset du savoir, demeure être le milieu idéal pour véhiculer les principes cardinaux qui réglementent le fonctionnement de la société.

« Il est donc temps de prendre des mesures pour mettre un terme à ce phénomène qui menace nos acquis, notre patrimoine et surtout les héritiers à qui nous léguerons notre pays. Cependant,  nous devons être capables de faire la part des choses en séparant la violence et l’incivisme à l’école, de la délinquance juvénile qui sévit hors de l’école,  même si la frontière entre les deux ne cesse de s’éroder. D’où l’urgence d’agir ! », a précisé Jean-Rosaire IBARA.

Pour demeurer dans la vision du Chef de l’Etat, il a rassuré que le Gouvernement a l’obligation et les moyens de sortir la violence de l’école qui doit demeurer un lieu de formation et de formatage de la jeunesse et le creuset de l’élite de demain.

Prenant la parole, le Ministre Jean-Luc MOUTHOU, en charge de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation a indiqué que le Gouvernement, représenté par ses ministères des Enseignements, est déjà à compter de ce jour, à l’œuvre pour faire des descentes dans les lycées publics du Congo. L’ODD 4, rappelle-t-il, prône la nécessité d’une offre  d’éducation orientée vers la qualité des apprentissages.

 « Conscient des enjeux de développement de notre pays et des attributions significatives attendues de la couche juvénile, la  proportion la plus importante (60%) de la population congolaise s’est engagée dans une campagne de sensibilisation, à la qualité, aux contrôles dans les établissements scolaires publics notamment les lycées », a-t-il mentionné dans son allocution, ajoutant par ailleurs qu’ « au regard des dérives comportementales observées depuis quelques temps, la nécessité d’édifier les jeunes, les enseignants en charge de la jeunesse et les autres parties prenantes sur le caractère essentiel de la démarche qualité et prise en compte de certaines valeurs, s’impose à tous les acteurs ».

A titre de rappel,  le Congo, a-t-on appris,  dispose d’un arsenal juridique riche qu’il suffit de mettre en œuvre pour faire face à ces actes et un effort des forces de l’ordre d’adapter leurs méthodes pour éradiquer toutes formes de violence et d’incivisme dans les écoles comme elles le font bien face au banditisme.

Excepté Brazzaville, cette campagne en milieu scolaire se poursuivra dans les autres départements du pays.