Après un échange interactif avec ses mandats des quartiers 607, 608 et 609 de Talangaï (arrondissement 6), s’inscrivant dans le cadre de sa descente parlementaire effectuée ce samedi 19 janvier 2023 à Brazzaville, l’élu de la 4è circonscription électorale dudit arrondissement de Brazzaville a remis à la disposition des populations une passerelle. Aussi, le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation, par voie a remis cinq cents (500) tables-bancs à la portée des écoles de ladite circonscription. La passerelle de la rue Abala vient tant soit peu soulager les populations en proie souvent à des difficultés pour traverser les ruisseaux pendant la période pluvieuse.

Avant la séance des questions-réponses sur certains sujets d’actualité (insécurité, vandalisme, délinquance, assainissement, eau, électricité, ensablement, érosion, etc.), le député de Talangaï 4 a rendu public la synthèse des travaux de la 4è session ordinaire budgétaire.

« Après la tenue de la session, il était judicieux que je vienne rendre compte à mes mandats et prendre en considération leurs aspirations, leurs doléances. Ce sont des préoccupations que nous et l’Etat connaissons. Avec l’Exécutif, nous travaillons dans le sens d’améliorer tant soit peu les conditions des populations », a dit Faustin ELENGA.

S’agissant de la dotation des tables bancs, il a précisé que la dotation est l’œuvre du MEPPSA dont son équipe n’a assuré que le montage, l’assemblage, le transport et la répartition de ces tables bancs par école. « Ce don vient à point nommé soulager les difficultés des enseignants et des élèves connaissant des problèmes d’effectifs pléthoriques », a-t-il renchéri.

En outre, l’élu de Talangaï 4 a fait brièvement état, entre autres, des actions sociales menées dans cette circonscription notamment la construction d’un bâtiment pour le collège dans l’enceinte de l’école Volonté Populaire, fortement menacée par les problèmes d’érosion, mais aussi impactée par des actes de vandalisme à outrance et de vols de graviers, fers et tables-bancs. Il a déploré ces comportements incivique, alors que des efforts sont conscientis pour le bien des populations. Poursuivant, il a lancé également un cri de cœur aux forces de police qui sont en sous-effectif dans les commissariats pour faire face à ces situations et même aux populations de dénoncer ces auteurs.

« Ensemble, nous conjuguerons les efforts, pour sortir de ce gouffre du phénomène “bébés-noirs/kuluna” et, surtout avec les constructions des établissements ou centres de rééducation pour ces jeunes en déperdition. Le Gouvernement est à pied œuvre et nous demandons que le travail soit accélérée pour amener ces jeunes à la rééducation et à l’insertion .», a-t-il conclu.