La réunion du 4ème trimestre 2022, organisée par la société AOGC du 11 au 13 janvier 2023 à Kintele (département du Pool) sous le haut patronage du Ministre des hydrocarbures congolais, a été l’occasion, pour les acteurs du secteur pétrolier de fixer les prix des hydrocarbures produits en République du Congo. Après échanges, on peut retenir que la moyenne trimestrielle de ces prix est de 87, 67 dollars par baril, pour un différentiel de 0,08 dollars par baril.

Au 4ème trimestre 2022, le baril du Brent Daté a affiché une tendance générale volatile et baissière. On peut constater une ouverture du trimestre à 88,87 dollars par baril puis une clôture à 81,325 dollars par baril atteignant un maximum de 101,715 dollars par baril le 07 novembre pour une moyenne trimestrielle de 88,87 $/Bbl, en baisse de 11,96 $/Bbl par rapport au trimestre précédent.

Ainsi, selon l’extrait du communiqué final de cette réunion, la tendance générale des cours de pétrole au 4ème trimestre 2022 est consécutive à la conjonction de plusieurs événements ayant des facteurs haussiers et baissiers. Aussi, de façon générale, l’économie mondiale continue d’être fortement influencée par les effets du conflit Russo-ukrainien, contrebalancés par la crainte d’une récession économique mondiale.

 Prix fixés des hydrocarbures

Les moyennes trimestrielles des prix fixés des hydrocarbures liquides produits au Congo, arrêtées au cours de la réunion des prix du quatrième trimestre 2022 , se présentent comme suit :

  • Djéno Mélange :  85,68 ;
  • NkossaBlend :  84,62 ;
  •  Yombo : 92,72 ;
  • Nkossa Butane :  60,12 ;
  •  Nkossa Propane :  36,22.

Les moyennes des différentiels des prix des bruts congolais, en dollars par baril sont de manière suivante :

  • Djeno Mélange : –2,68 par rapport au Brent daté ;
  • NkossaBlend  : –1,24 par rapport au Brent daté ;
  •  Yombo : +4,14 par rapport au Brent daté ;
  • Nkossa Butane : 0,0 par rapport au butane North West Europe ;
  • Nkossa Propane : 3,77 par rapport au Propane MONT BELVIEU.

Par ailleurs, les bruts congolais (Djeno Mélange, Nkossa Blend, Yombo, Butane, Propane) ont affiché un certain comportement de chute sur le marché international. Comportement occasionné par la concurrence imposée par l’Oural russe; dû entre autres par l’écart du différentiel Brent/Dubaï…

Pour le Pr Macaire BATCHI, Directeur de cabinet du Ministre des Hydrocarbures , la revue des dynamiques des marchés du 4ème trimestre 2022 a permis de mettre en exergue des conditions de grandes volatilités de la demande en brut sur le marché. 

« Ce contexte exacerbe la volatilité des cours du baril et rend grandement complexes des projections à moyen et à court terme de l’allure des cours du baril, que ça soit dans l’économie réelle, pour les marchés au comptant ou pour les marchés à terme. Nous nous sommes fixés cette année un objectif ambitieux de produire 300.000 barils/jour et nous pensons le réaliser par les projets qui ont été soumis à notre validation. Un apport significatif de la production attendue viendra de nos champs actuellement opérés grâce au programme de redéveloppement permettant la mise en valeur de nouveaux réservoirs non encore produits ou par la définition de nouvelles architectures des puits de pétrole permettant de produire au mieux des gisements ayant un facteur de récupération bas dont l’épicentre est la valorisation de notre potentiel gazier », a-t-il dit, précisant que  « les restrictions imposées sur le brut russe par le G7, en adoptant récemment un plafond de 60 dollars le baril à partir du 1er février 2023 pour les pays continuant à acheter le pétrole russe, mettent Djeno Mélange, brut fortement commercialisé en République du Congo, dans une situation de compétition ardue ».

Lors de cette réunion, un accent a été également mis sur les perspectives du marché pétrolier qui sera influencé au 1er trimestre 2023 par : les effets du conflit entre la Russie et l’Ukraine, l’offre et la demande de mondiale, les niveaux économiques des grands pôles mondiaux, les incertitudes sur le niveau de stocks mondiaux et les marges de Raffinage, les effets du variant de Covid-19 dans certaines zones dans le monde, les exportations américaines et chinoises, le niveau de la production russe, l’équilibre entre l’offre et la demande. 

« Ainsi, en prise à de nombreuses incertitudes, le prix de baril de Brent daté devrait s’afficher dans la fourchette de 80 à 100 $/Bbl au premier trimestre 2023 », a rapporté le communiqué final.

A noter que la ville de Pointe-Noire abritera en avril la prochaine réunion de fixation des prix des bruts d’hydrocarbures produits au Congo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
23 × 28 =