A l’initiative du Programme National de Lutte contre le Cancer (PNLC) avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Congo, les participants répartis en cinq (05) groupes de travail thématiques, lors d’un atelier tenu les 9 et 10 mars 2023 à Brazzaville, ont validé le plan stratégique de lutte contre le cancer. Ce document validé constituera un cadre de référence pour toutes les interventions en lien avec la lutte contre le cancer au Congo. Ledit plan stratégique de lutte contre le cancer permettra entre autres, d’informer et sensibiliser les populations en général et les personnes à risques en particulier ; de promouvoir l’accès aux médicaments et aux traitements anticancéreux ; de collecter et analyser les données statistiques du programme. Cet atelier de validation a été placé sous le patronage du Ministre de la Santé et de la Population, Gilbert MOKOKI.

La population congolaise est encore très peu informée sur les facteurs de risque des cancers. Conscient de la montée des cas de cancers en Afrique en général et au Congo en particulier, le Gouvernement congolais a décidé, conformément au décret N°2019-228 du 13 août 2019, de mettre en place un Plan National de Lutte contre le Cancer. Celui-ci poursuit d’autres missions telles que organiser les activités préventives de lutte contre le cancer ; émettre les recommandations de bonnes pratiques pour la prise en charge optimale des cas de cancer ; élaborer et valider les programmes de recherche sur les cancers.

Les différents thèmes soumis à la réflexion des participants.

Les participants ont planché sur les axes telles que : Analyse de la gouvernance, partenariat ; Financement et mobilisation des Ressources Humaines ; Amélioration de l’offre des soins et services ; Motivation de la demande de prévention et de promotion ; Gestion de l’information sanitaire et Recherche.

« Sur le plan curatif, l’installation de la radiothérapie au Congo devient un impératif afin de réduire les évacuations sanitaires. C’est ici l’occasion de solliciter les partenaires afin qu’ils accompagnent le Gouvernement dans cet objectif », a précisé, à l’ouverture des travaux, Jean Ignace TENDELET, Directeur de cabinet du Ministre de la Santé et de la Population.

Vue des autorités à la cérémonie d’ouverture de l’atelier…

Au nom du Représentant de l’OMS au Congo, le Dr Babeaux Serge Patrick DZABATOU, l’OMS réaffirme sa volonté d’accompagner le Congo à travers ce Programme National de Lutte contre le Cancer dans ses missions. Aussi, l’OMS incitera les Agences du SNU ainsi que les partenaires techniques et financiers à soutenir la mise en œuvre de ce plan stratégique 2022-2026 en vue d’atteindre les Objectifs du Développement Durable, en particulier l’ODD 3.

Par ailleurs, la Directrice du Programme National de Lutte contre le Cancer, la Pr Judith N’SONDE MALANDA a exprimé sa joie après la validation de ce document considéré comme une bible pour tout agent de santé et partenaires.

« Maintenant, il faut que nous nous mettions au travail pour suivre les recommandations adoptées dans ce document. Chaque fois qu’on aura à prendre une décision, on va se référer à ce Plan National de Lutte contre le Cancer. La grande priorité est que le cancer ne soit plus une fatalité pour le Congo et/ou les congolais mais qu’il soit une maladie maîtrisable au Congo-Brazzaville pour réduire les évacuations sanitaires », a-t-elle avoué, parce que bon nombre de congolais n’ont pas la possibilité d’aller se traiter à l’étranger, estime-t-elle.

Clôturant cet atelier de validation, au nom du Ministre de la Santé et de la Population Gilbert MOKOKI, le Conseiller à la Santé (MSP), Antoine LOUSSAMBOU, a souligné que « la Stratégie Nationale de Lutte contre le Cancer que vous venez de valider ce jour constitue un pas important dans la réduction de la morbidité et la mortalité du cancer en République du Congo » . Cette maladie qui endeuille plus d’une famille en République du Congo et qui engendre beaucoup de souffrances économiques, sociales au Congo-Brazzaville fait l’objet d’une lutte acharnée par tous les Etats de la Région Africaine de l’OMS, a-t-on appris. Dans ce cadre, il est demandé à chaque Etat de présenter des résultats de lutte contre le cancer en 2023, 2025 et 2030. Le Congo ne devrait pas rester en marge de ce rendez-vous. « La montée en puissance du Programme National de Lutte contre le Cancer devient une exigence dans notre pays », a-t-il ajouté.

Tous les ministères, toutes les structures du ministère de la santé y compris le programme existant, les organisations de la société civile doivent travailler la main dans la main pour lutter contre cette maladie. Il reste donc au Programme National de Lutte contre le Cancer d’intégrer tous les amendements et de procéder à la budgétisation de chaque intervention afin que ce document puisse servir de support pour lutter contre le cancer en République du Congo.