Les membres de la taskforce du Projet de « Renforcement des systèmes de Sciences Technologies et Innovations (STI) pour le développement durable en Afrique » ont invité les journalistes à s’impliquer dans la sensibilisation et la vulgarisation de la Recommandation 2017 de l’UNESCO concernant la science et les chercheurs scientifiques. Cette invite a été lancée, le 16 avril 2022 à Brazzaville, au cours d’une conférence de presse.

L’impact attendu dudit projet est de réduire la vulnérabilité des sociétés africaines aux menaces, telles que l’actuelle pandémie de Covid-19 et d’utiliser les STI pour accélérer la réalisation des cibles de ODD et des plans de développement nationaux.

Les chevaliers de la plume et du micro ont été informés de l’intérêt que le Congo doit porter sur la science et les chercheurs scientifiques et d’autre part pour servir de relais pour atteindre les principaux bénéficiaires concernés par la recommandation 2017 que sont: les décideurs politiques, les personnalités influentes, les sociétés savantes, les élèves et étudiants,etc. Dans ce sens, il sera question de renforcer la visibilité des activités que le MESRSIT réalise sur le projet; de solliciter l’implication des décideurs dans la sécurisation et la construction des carrières dans la recherche; d’identifier un groupe de médias qui serait porteur de l’information de façon permanente.

Il est connu que les médias et la communication sont les fers de lance efficaces dans la dissémination. Aussi, très peu des médias nationaux sont spécialisés dans l’information scientifique, par manque de disponibilité de matériel à diffuser.

Selon le Coordonnateur dudit Projet, Aimé Bertrand MADIELÉ-MABIKA, « les 10 thèmes développés dans la Recommandation 2017 obligent ainsi la prise en main des médias spécialisés ou non, en tant que relais de large diffusion de l’intérêt que les décideurs et autres usagers de la science devraient avoir pour investir dans la STI, de façon à remettre la science et les scientifiques à leur place. Cet accompagnement des médias est important pour l’amélioration de la croissance socio-économique, soutenue grâce à un alignement efficace de la politique nationale aux agendas 2063 de l’Union Africaine et 2030 des Nations-Unies ».

Le Congo prend des mesures pour renforcer et faire progresser le développement d’une science axé sur une utilisation pacifique des connaissances, puisque les jeunes et filles du Congo devront pouvoir accéder aux connaissances scientifiques et participer à l’entreprise mondiale.

« Je pense que l’on ne peut pas imaginer le développement des deux Congo sans la science et la technologie. Et on ne peut pas imaginer sans une coopération renforcée entre nos deux pays. On est plus fort ensemble. Ce que nous avons besoin, c’est qu’il y est un relais au niveau de la presse de tout ce qui est lié aux travaux de recherche et de tout ce qui est lié aux résultats de la recherche. C’est pour cala vous les professionnels des médias, vous avez un rôle important à jouer parce que vous aidez à faire passer l’information sur à quoi sert la recherche, quelles sont les bénéfices pour les populations locales parce que nous le savons tous que le but de la recherche, c’est d’améliorer les conditions de vies des populations et ce n’est que les médias qui peuvent nous aider à faire passer ce message », a déclaré le Pr Raïssa MALU, directrice et membre fondateur d’Investing in people ASBL.

Avec l’appui financier de l’Agence de coopération Suédoise de Développement International (SIDA), le Congo a rejoint un groupe de 5 autres pays (Ghana, Sierra Leone, Tanzanie, Zimbabwe et Namibie) dans un exercice d’apprentissage et d’échanges d’expériences pour amorcer la formalisation de la structure africaine des STI. Du 18 au 22 avril 2022, se tiendra en RDC la 9ème édition de la Semaine de la science et de la technologie sur le thème : « Technologie spatiale au service du développement durable en Afrique« .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
13 − 1 =