Le Ministère des affaires étrangères de la République du Congo a servi de cadre ce 16 octobre 2019 à Brazzaville pour abriter un atelier de formation sur le « Processus décisionnel du chef en temps de crise » à l’endroit des responsables chargés de la communication au sein des différents ministères étatiques. Cette formation, animée par le Conseiller à l’organisation , communication et médias du Premier Ministre, Patrice PASSY à l’occasion du pôle interministériel, a permis à ces cadres en communication ministérielle d’être suffisamment outillés sur les techniques d’aide à la décision pour maîtriser, gérer à bien une crise quelconque. Dans l’objectif de travailler en bonne intelligence, les participants, réunis autour d’un cadre de réflexion et de mutualisation, ont été édifiés sur le cycle décisionnel qui nécessite une observation, une orientation puis une bonne action dans l’environnement du chef afin d’aboutir à la construction d’une décision de qualité.

Ainsi, en cas de crise, il est capital pour le communicateur d’identifier au préalable le problème, de définir l’objectif, de proposer la bonne méthode au chef, de faire du profilage, de gérer l’image, tout en usant de la puissance émotionnelle avec les populations, a souligné Patrice PASSY.

Pour lui, les responsables chargés de la communication au sein des ministères, présentés comme des personnes incontournables auprès d’une autorité publique, ne doivent en aucun cas se comporter en consommateurs de budgets ou en budgétivores, car selon l’animateur, on remarque lors d’une crise la présence de 3 catégories de personnes à savoir des individus qui apparaissent comme des chasseurs de budgets, des anarcho-profito-situationnistes avec pour but de mettre en difficulté certains collaborateurs et communicateurs d’un ministre. « Dans une crise, il y a des visibles et des invisibles. Seulement, le plus souvent ce sont les intérêts invisibles qui dictent les intérêts visibles. En tant que conseiller à la communication, vous devez être capables de connaitre les invisibles du chef pour pouvoir interagir et comprendre. Ces derniers, sont souvent ceux qui connaissent parfaitement la situation et connaissent parfois les ressorts comportementaux du chef et qui savent comment lui livrer un message », a précisé le Conseiller Patrice PASSY. En outre, il a laissé entendre que la communication est un métier qui nécessite à ce que le responsable en communication ait de fortes capacités d’analyse, tout en fournissant plus d’apports techniques à son chef afin de trouver des réponses adéquates en cas de besoin, la capacité à mobiliser et le sens de la maitrise. « Nous ne devons pas être des attentistes, alors que le chef a besoin d’un compte-rendu ou des éléments. On est obligé d’être un généraliste et non un spécialiste. Il faut à tout prix remporter la bataille de l’image à travers les nouvelles méthodes de travail, la gestion de puissance émotionnelle, exploiter les différents gains en favorisant la construction de la décision », a fait savoir le Conseiller Patrice PASSY. Le pôle interministériel reste un cadre de concertation, d’échanges et de formation où les communicateurs des différents cabinets ministériels se retrouvent pour s’imprégner des nouvelles modalités  stratégiques de communication de qualité destinées à produire des effets positifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
20 − 17 =