La Ministre du Tourisme et de l’Environnement Arlette SOUDAN NONAULT a clôturé les travaux préparatifs des documents de l’étude de préfiguration pour le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo suite à la signature de contrat rendu effective ce 5 avril 2019 à Brazzaville entre la Commission Climat du Bassin du Congo, le PNUD Maroc, le Centre des Compétences pour les Changements Climatiques (4C-Maroc) et le Cabinet Ernest & Young. Des travaux qui ont eu pour objectif de lancer l’étude de préfiguration et de valider l’approche méthodologique, le calendrier d’exécution et les résultats attendus de cette étude de préfiguration réalisée par le Cabinet Ernest & Young.

Durant 2 jours, les participants ont travaillé d’arrache-pied pour faciliter et accélérer le processus de mise en place et d’opérationnellement du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo. Ces derniers ont, à la fin des travaux, formulé quelques recommandations au cabinet Ernest & Young.

Pour le Lot N.1 Plan d’investissement : de prendre en compte les 24 programmes sectoriels de l’économie bleue adoptés par les Ministres et les Conditions Déterminantes au niveau National  (CDN) des pays , de proposer les projets autres que ceux inscrits dans les CDN s’ils sont en droite ligne avec les objectifs de l’étude pour un apport supplémentaire du Cabinet, de tenir compte et s’approprier les textes portant la Commission Climat du Bassin du Congo et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo pour une meilleure prise en compte des attentes des Etats et de leur spécificité  (politique institutionnelle et technique) et pour une gestion appropriée de la conduite de l’étude.

Concernant le Lot N.2 Véhicule financier, il est recommandé d’impliquer les zones-risque des financements des Organisations Régionales ou Sous-régionales d’Afrique et des Ministres en charge des finances des pays membres de la CCBC dans le processus de définition du véhicule financier et enfin d’envisager un mécanisme de coopération entre le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et les principaux acteurs financiers régionaux et internationaux pouvant intervenir dans la Région.

Ainsi , dans son mot de circonstance, Arlette SOUDAN NONAULT , Ministre du Tourisme et de l’Environnement a fait part de sa satisfaction lors de cet atelier en ce sens qu’un pas de géant a été franchi avec presque 50% du résultat attendu de cette feuille de route car « ces deux activités constituent une étape très importante dans le cadre du processus d’opérationnalisation non seulement de la Commission Climat du Bassin du Congo mais surtout de son instrument financier : le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo aux attentes énormes ». Aussi, il est signifié que le bilan satisfaisant des travaux participants était la résultante de la qualité du travail accompli en vue de la mise en place d’un Fond performant et d’une gouvernance aux standards internationaux. « Je puis vous assurer que la Coordination Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo ne ménagera aucun effort pour implémenter les recommandations du présent atelier et poursuivre son travail de suivi », a renchérit Arlette SOUDAN NONAULT.



A noter qu’au terme de cet atelier un contrat a été paraphé par les différentes parties notamment la Commission Climat du Bassin du Congo, le PNUD Maroc, 4C-Maroc et le Cabinet Ernest & Young. Un contrat qui permettra à seize (16) États au sein de la Commission Climat du Bassin du Congo de parler d’une seule voie de cette problématique planétaire de l’outil financier le Fonds Bleu que les membres tendent à construire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
29 − 20 =