Ouvert au public à Brazzaville depuis le 13 mars, le marché de l’Artisanat qui en est à sa 2ème édition, accueille, du jour au jour, autant de visiteurs, congolais, tout comme étrangers. La Ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Artisanat, Jacqueline Lydia MIKOLO est allée, le 16 mars, à la visite de ce marché artisanal qui affiche une dynamique de multiculturalité.

Avant d’entamer la traditionnelle ronde de tous les stands, la Ministre de tutelle a été briefée par la Directrice Générale de l’ANA, Emma Mireille OPA ELION, qui a mis en lumière la large palette de savoir-faire des artisans et artisanes.

La restauration, la sculpture, la gastronomie, la chaudronnerie, la soudure, la mécanique, la bijouterie, la perlerie, la broderie, la maroquinerie, la cordonnerie, la décoration extérieure et intérieure, l’électronique, l’électrochimie, la couture, la gravure, le métier de frigoriste sont les filières qui composent les facettes de cette 2ème édition du Marché de l’Artisanat à Brazzaville. On y trouve également des stands d’institutions (Écosystème, LCB Bank, Centre congolais du commerce extérieur tenu sous tutelle du Ministère de commerce…).

L’occasion idéale, pour la Ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Artisanat en délégation, de découvrir une vaste panoplie de produits et de cultures, puisque ce marché, qui sert de véritable tremplin, note la présence et la participation des artisans sénégalais, indiens, beninois et ghanéens.

« Vous avez remarqué que cette année, il y a de l’innovation. On note la présence des artistes que les gens ne connaissent pas. Les foires, les marchés, toutes les activités foraines sont, non seulement, des lieux de consommation, d’achats, de vente, mais aussi d’informations, de formation et de formalisation. C’est pourquoi vous voyez qu’il y a des administrations. Les artisanes ou artisans peuvent se formaliser, avoir leurs cartes d’artisans, ouvrir leur compte bancaire pendant qu’ils sont ici », a fait savoir Jacqueline Lydia MIKOLO.

Sur la question de la permanence d’un marché affichant les mêmes tendances, elle a indiqué que « le Gouvernement y travaille. Il vous souviendra, quand nous sommes allés à Tsielampo voir le village artisanal qui aujourd’hui se trouve dans une zone militaire et cédé au ministère de la défense. En échange, je laisse la primeur au Premier Ministre. Les artisanes et artisans auront un lieu permanent et le Premier Ministre l’annoncera ».

A propos de l’affaire “FIGA” qui fait la une de l’actualité congolaise dont l’instition est un accompagneur, une sorte d’incubateur d’accès au financement des PME auprès des banques de crédits , elle a déclaré « de laisser les pouvoirs publics faire leur travail, qui d’ailleurs sont déjà à pied œuvre. La vérité émergera. Mais l’institution fonctionne et est au service des congolaises et congolais. Il s’agit ici de lui apporter une meilleure gouvernance pour qu’elle soit davantage au service des congolais ».

Grande est leur joie de voir la Ministre visiter tous les stands installés dans ce marché. « Elle est passée dans chacun de nos stands, voir et acheter nos produits, c’est encourageant. Nous lui disons de tout cœur merci », ont-ils dit, avant de solliciter, à cet effet, plus de soutien et d’accompagnement pour industrialiser leurs produits. « Nous exprimons aussi notre gratitude à l’endroit de la Directrice Générale de l’Agence Nationale de l’Artisanat et toute son équipe pour nous donner l’occasion de nous mettre en valeur », ont-ils avoué.

La 2ème édition du Marché de l’Artisanat fermera ses portes ce week-end.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
24 − 19 =