Projet d’autonomisation socio-économique des jeunes filles : L’ONG AJCD sollicite l’apport des partenaires locaux.

0
491

Le projet, intitulé « Autonomisation socio-économique des jeunes filles », est mis en œuvre en République du Congo par l’Association de la Jeunesse Congolaise pour le Développement (AJCD) avec l’appui de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cet important projet vise à former gratuitement les jeunes filles afin qu’elles deviennent autonomes en créant des activités génératrices de revenus. Au regard des difficultés rencontrées dans la bonne exécution du projet, suite à l’engouement de plusieurs jeunes filles venues des différents quartiers de Brazzaville, le président de cette Association et Coordonnateur du projet, Patrice Arthur MAKOUANTSI a sollicité au cours d’un échange, ce 03 mars 2022 à Brazzaville, l’accompagnement des partenaires publics et privés.

Financé par l’Organisation Internationale de la Francophonie, ce projet, d’une durée de 1 an (12 mois) destiné au départ pour soixante (60) jeunes filles, a vu le nombre de bénéficiaires passer à près de deux cents (200) suite à la forte demande de ces dernières désirant apprendre, se former dans les formations qualifiantes notamment dans la coiffure, la couture, la pâtisserie, la savonnerie, les petites commerces et la restauration.

Evoquant quelques difficultés dans la mise en œuvre du projet, précisément en matériel didactique, outils de travail au profit de ces nombreuses jeunes filles, il a indiqué avoir besoin, malgré l’apport principal de l’OIF, de l’apport également d’autres partenaires locaux (Ministères: de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement; de l’Enseignement Technique et Professionnel ; de la Jeunesse et de Sports, de l’Education Civique, de la Formation Qualifiante et de l’Emploi; des affaires sociales; Organisations internationales, etc.)

Patrice Arthur MAKOUANTSI, Coordonnateur du projet et président de l’AJCD.

« Ce que nous faisons à travers la mise en œuvre de ce projet, c’est aussi accompagner les efforts du Gouvernement congolais dans ce secteur, parce que ce projet consiste à rendre les jeunes filles autonomes en créant, après la formation, des activités génératrices de revenus. Nous avons un surnombre des filles ici, voilà pourquoi nous demandons au Gouvernement, aux personnalités et autres partenaires de nous aider à accomplir confortablement notre mission jusqu’à la fin du projet », a précisé le Coordonnateur dudit projet car, poursuit-il, « à l’issue de leur formation, les bénéficiaires recevront non seulement des certificats de fin de formation, mais aussi des kits de travail et une petite subvention pour les aider à s’insérer socialement ».

Laure Ngo, passionnée des gâteaux et crèmes, a dit être heureuse de suivre cette formation qui se passe à merveille . « Les formateurs sont à l’écoute et nous expliquent parfaitement les rouages du métier. Cette formation me permettra, à la fin, d’avoir une parfaite connaissance pour monter mon business dans la pâtisserie », a-t-elle raconté. Pour Olga Malanda et Princilia Ndekessé, apprenantes dans la Restauration, « cette formation va nous servir de base et de cadre pour être autonome en créant nos propres activités génératrices de revenus, et donc de sortir l’oisiveté».

Une des apprenantes en formation pratique en savonnerie.

Notons que les formations relatives au projet sont menées dans l’enceinte du siège de l’Association située au 37 de la rue Hinda, Diata/ Arrondissement 1 Makélékélé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =