REPAR-Afrique Centrale/ Gestion durable des forêts : les parlementaires appelés à produire des résultats à hauteur des défis environnementaux.

0
178

Dans le but d’accompagner les pays d’Afrique centrale à améliorer la gouvernance forestière en vue d’un renforcement de la gestion durable de leurs forêts, un atelier sous régional de planification et de concertation des des parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale sur la mise en œuvre de son cadre stratégique s’est ouvert ce 21 juin 2021 à Brazzaville. L’objectif est de mettre en place ce plan stratégique et de valider le plan d’action de travail pour la période 2021-2022 afin d’assurer le succès du REPAR-Afrique Centrale et ce, au bénéfice des attentes des populations au niveau de la Sous région.

C’est dans ce cadre que le premier Secrétaire de l’Assemblée nationale Pierre Obambi, a indiqué que :
«Nous nous concertons sur la planification de la mise en œuvre du plan stratégique du réseau, en vue d’apporter notre pierre à la consolidation de la diplomatie parlementaire, de l’intégration sous régionale, de l’unité de l’Afrique et pour le rayonnement du multilatéralisme».

Dans son mot de circonstance, le Coordonnateur régional du REPAR-Afrique Centrale, M. Jean Jacques Zam a rappelé que ce plan stratégique qui sera un cadre de référence de toute intervention, de toute action du réseau est adossé à une vision, à des valeurs, à des objectifs stratégiques-opérationnels et axes d’intervention dont la réalisation repose sur une logique de performance.

« Il nous faut renforcer la communication au niveau des populations locales et autochtones à travers des supports audiovisuels, en vue d’une prise de conscience des changements climatiques, de la nécessité de la conservation et de la gestion durable des ressources naturelles. En effet, ces populations constatent les effets des changements climatiques, mais elles ne comprennent pas par manque de connaissances», a dit Clobert Ibinda, Coordonnateur national du REPAR-Congo, appelant les parlementaires de la sous-région à jouer pleinement leur rôle dans la gestion durable des forêts afin de veiller aux intérêts des populations d’Afrique Centrale.

Pour garantir l’indépendance du REPAR-Afrique Centrale en vue de mener à bien ses missions, quelques pistes de mécanismes d’autofinancement ont été proposés. Il s’agit, entre autres, d’insister sur l’importance de la redistribution des bénéfices issus de l’exploitation des ressources forestières et fauniques dans la gouvernance forestière et la réduction de la pauvreté; faire de la biodiversité un objectif prioritaire à encourager au niveau de la Sous-région; de mettre en place et de faire fonctionner des observateurs indépendants de la gestion forestière et sa certification.

En outre, il s’agit également d’harmoniser les politiques et les lois forestières; de mettre en place une diplomatie parlementaire active pour aider les gouvernements à obtenir auprès de la communauté internationale l’urgence de prendre en compte des mesures de compensation au regard des efforts de conservation entrepris par les pays d’Afrique centrale; de renforcer les capacités des membres du REPAR-AF pour faire le suivi de l’application des politiques et législations forestières dans les pays d’Afrique centrale avec une attention particulière sur la lutte contre l’exploitation forestières illégale et susciter la promotion de l’exploitation durable et de la commercialisation des produits forestiers non ligneux (Pfnl), avec l’adoption dans les pays respectifs des lois relatives à la gestion durable des Pfnl et d’encourager le secteur privé à travers les initiatives de certification dans le processus de conservation de gestion durable, afin de garantir la pérennité des activités commerciales.

Par ailleurs, l’ambassadeur d’Allemagne au Congo, le Dr Wolfgang Klapper, a réitéré, l’engagement de son pays d’apporter son soutien à la COMIFAC ainsi qu’à tous les acteurs impliqués, à travers ses différentes initiatives afin de permettre à chaque acteur de jouer son rôle pour une meilleure gestion durable des écosystèmes.

« Nous accompagnons le REPAR-Afrique Centrale dans sa planification opérationnelle pour la période 2021-2022, pour sa concertation dans le cadre des grands futurs évènements, en lien avec la biodiversité et le climat » , a-t-il souligné.

Ouvert ce 21 juin au Palais de congrès à Brazzaville, cet atelier sera clôturé le jeudi 25 juin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
21 − 2 =