Les éléments de la Section de Recherche Judiciaire et les éléments de l’Escadron Spécialisé de Sécurité et d’Intervention de la Région de la Gendarmerie de Brazzaville ont interpellé un présumé trafiquant d’ivoire ce lundi 22 février 2021 à Brazzaville. De nationalité congolaise, cet individu a été arrêté en flagrant délit de détention, circulation illégale et tentative de commercialisation de trois pointes d’ivoire entières et onze (11) morceaux, pesant au total 28 kg, représentant approximativement six éléphants massacrés.

Cette opération, suivie par la Direction Départementale de l’Economie Forestière de Brazzaville a été réalisée avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage). Ces ivoires saisis ont été transportés de Mpouya, un des districts du Département des Plateaux, jusqu’à Brazzaville par ce prévenu. Les éléments de la Section de Recherche Judiciaire et les éléments de l’Escadron Spécialisé de Sécurité et d’Intervention de la Région de la Gendarmerie de Brazzaville ont fait un travail exemplaire en s’assurant que ce présumé trafiquant ne perpétue pas impunément le trafic d’ivoire.

 La suite de l’enquête révèle que cet individu est aussi impliqué dans la vente illicite des produits pharmaceutiques et bien d’autres objets prohibés par la législation congolaise. Ce prévenu sera déféré à la maison d’arrêt de Brazzaville où il va comparaitre devant le Tribunal de Grande Instance de cette ville. Les regards seront donc tournés vers la justice pour condamner sévèrement ces actes et ce pour une bonne cause, celle de la protection de la biodiversité.

Au cours des dernières années, le trafic des espèces fauniques est devenu plus organisé, plus lucratif et plus dangereux et a pris de l’ampleur au niveau mondial au même titre que le trafic de drogue. Un rapport publié par Wildlife Conservation Society (WCS) déclare que les éléphants des forêts d’Afrique ont décliné de 62% en 10 ans. Ce même rapport ajoute que toutes les 15 minutes, en moyenne un éléphant est illégalement abattu sur le continent africain pour nourrir une demande insatiable en ivoire.  Le commerce illégal de produits de faune conduit à l’extinction des espèces fauniques à travers le monde.

En République du Congo,  l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’arrêté n°6075/MDDEFE / CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées. En outre, l’article 27 de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule : «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ». Les contrevenants à ces dispositions encourent selon l’article 113 de la loi 37/2008 des peines allant de deux (2) jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme et des amendes allant de 100 000 FCFA à 5 000 000 de FCFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
15 + 5 =