DÈS JANVIER 2024 , LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES BASCULE EN MODE BUDGET-PROGRAMME .

Après 3 jours d’importantes discussions en atelier organisé par le Ministère de l’Economie et des Finances, les participants sont donc parvenus à valider, le 11 août 2023, neuf (09) documents de stratégie et de programmation budgétaire sur les vingt (20) soumis à leur appréciation et examen ; au nombre desquels figurent: le diagnostic stratégique ; le plan stratégique ; les programmes annuel et pluriannuel ; les projets annuels de performance; le cadre de suivi évaluation ; le cadre de dépenses à moyen terme; les plans de travail annuels budgétisés (PTAB) des Administrations ( y compris le Cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances et les Directions rattachées au Cabinet) et organismes sous tutelle’’; les plans d’actions prioritaires; le programme pluriannuel des actions prioritaires.

Ces documents ont été livrés au Premier Ministre, Chef du Gouvernement, lors de la cérémonie de clôture. Place donc à la matérialisation de ces documents pour offrir un service public de qualité aux concitoyens, puisque « dès janvier 2024, le Ministère va basculer en mode “budget-programme”» . Annonce faite par le Ministre Jean Baptiste ONDAYE en présence de plusieurs membres du Gouvernement, experts nationaux et internationaux, autorités nationales.

Pour le Ministre ONDAYE, ces documents constitue un cadre logique, hiérarchisé et harmonisé qui concoure à atteindre un même et ultime but : l’amélioration des conditions de vie des congolais et le progrès social pour tous.

C’est pourquoi, tout en aidant chacun, à quelque niveau de responsabilité dans l’administration à mieux comprendre sa partition dans notre quête du bien-être collectif, « ces documents définissent le rôle et les responsabilités de chacun. Se faisant, il nous faut prendre conscience que nous devons agir avec efficacité, efficience et de manière transversale, afin d’offrir un service public de qualité à nos concitoyens et ainsi contribuer à leur bien-être. Le deuxième message porte sur l’implémentation dès janvier 2024 du budget en mode programme. Si nous avons effectivement prévu dans notre plan d’action l’optimisation de la collectées ressources, il n’en demeure pas moins que l’implémentation du budget en mode programme dès janvier 2024 apporte une réponse structurelle aux incertitudes relatives à l’exécution budgétaire », a-t-il annoncé.

Par ailleurs, il a appelé les futurs responsables des programmes à faire preuve de responsabilité afin d’adhérer à sa vision qui n’est autre que de faire de son portefeuille ministériel : « le vecteur de la performance économique et financière à l’horizon 2026 », socle pour améliorer le bon fonctionnement dudit ministère, parce que, estime-t-il, « le changement, c’est sortir de la zone de confort pour muter vers les bonnes pratiques ».

RECOMMANDATIONS DES EXPERTS NATIONAUX ET INTERNATIONAUX

Pour véhiculer et promouvoir la culture de la performance ; vision du Ministre Jean Baptiste ONDAYE adossée à des valeurs morales et éthiques basées sur la Gestion Axée sur les Résultats (GAR), de la non-discrimination, trois (03) types de recommandations ont été faites :

1- Sur la Gouvernance (problèmes de régulation économique, problèmes d’exonération fiscale, de la coordination des projets et la modernisation des processus au sein du Ministère) ;
2 – Sur la Gouvernance Financière (qui se rapporte à l’audit et au contrôle interne, à la gestion de la trésorerie de la dette, à la transparence, au système d’information).
3- Sur la Gestion des Ressources Humaines (Centre de perfectionnement et du recyclage, c’est-à-dire l’amélioration du capital humain, le système d’information et les questions liées au savoir-être, à la morale et à l’éthique.

« Nous allons vers des budgets-programmes. Il faut faire évoluer rapidement les organigrammes, nommer les responsables des programmes ou les identifier de façon potentielle afin qu’ils soient formés. Il serait souhaitable de voir tous les ministères avoir des budgets programmes, puisqu’il n’existe qu’une seule Loi de Finances », tel est le vœu formulé par Maître Constant GOUYOMGBIA-KONGBA-ZEZE, ancien Ministre d’Etat centrafricain et Avocat d’affaires.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Anatole Collinet MAKOSSO, saluant les participants pour la qualité du travail abattu, a pris acte des suggestions et recommandations formulées. Selon lui, cet exercice ouvre la voie du basculement de notre pays du mode « budget de moyens » au mode « budget programme ».

Dans cette optique, il a signifié que « cette volonté de changer de paradigme dans la gestion des finances publiques exige indubitablement une adaptation du cadre existant, ainsi que des outils performants pour accompagner cette mutation vers davantage d’efficacité. L’occasion de rappeler que la modernisation de la gestion de nos finances publiques se situe au cœur de la conquête des 12 batailles du Gouvernement. Cet atelier illustre, une fois de plus, la volonté du Gouvernement de mettre en œuvre les réformes structurelles indispensables à l’amélioration de notre bien-être collectif ». Il a renchéri en soulignant que « l’atelier qui se clôture ce jour est donc complémentaire à la conquête des douze batailles du Gouvernement. Il participe de la nécessité de mettre notre pays sur la voie de la modernisation de l’administration publique, à travers la promotion de la performance et de la culture de la gestion axée sur les résultats ».

L’implémentation de la culture de la performance est utile pour toute nation comme le Congo qui aspire à l’émergence et au mieux être de sa population. « Elle permettra à chacun de s’autoévaluer et aux différents responsables hiérarchiques d’évaluer les performances sur la base des indicateurs observables, mesurables et objectifs. Elle sera aussi une façon d’ajuster les moyens aux objectifs », a conclu le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, qui souhaite voir les Parlementaires s’associer à cette démarche de la performance.