Les ANEC 2022 placées sous le signe de l’entrepreneuriat féminin.

0
459

Tenue du 15 au 16 mars 2022 à Brazzaville en République du Congo sur le thème « L’entrepreneuriat féminin au cœur de relance, de la diversification économique et de la création de richesses en République du Congo », la troisième édition des Assises Nationales de l’Entreprise Congolaise a été un grand rendez-vous d’échanges constructifs placé sous le haut patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement M. Anatole Collinet MAKOSSO. Organisées par le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Artisanat et du Secteur Informel (MPMEASI), ces assises ont permis d’épingler certaines lacunes qui nécessitent d’être corrigées mais aussi à renforcer l’accès à l’entrepreneuriat et améliorer l’accompagnement de ceux qui osent entreprendre. Plusieurs autorités nationales et internationales ont rehaussé de leur présence à cette rencontre.

L’entrepreneuriat féminin, à en croire la Ministre en charge des PMEASI, est une niche peu exploitée au Congo pour diversifier l’économie et accroitre la croissance. Les attitudes sociétales et les normes sociales empêchent encore certaines femmes d’envisager la création d’entreprises, tandis que des obstacles systémiques font que de nombreuses entrepreneures restent confinées à des microentreprises opérant souvent dans l’économie informelle.

« Les femmes constituent aujourd’hui le fer de lance de la réussite de l’économie de demain que nous voulons bâtir. Être une femme entrepreneure peut pourtant apporter plusieurs avantages au plan personnel, familial, national et international. Promouvoir l’entrepreneuriat féminin contribuerait inévitablement à l’autonomisation des femmes et l’égalité des genres. Investir dans les femmes est donc l’un des moyens les plus efficaces d’atteindre l’équité et d’assurer une croissance économique inclusive et durable dans notre Pays. Puisse donc l’édition 2022 des Assises Nationales de l’Entrepreneuriat au Congo constituer le premier tronçon de notre marche vers la relance et la diversification de l’économie nationale grâce à nos entreprises », a indiqué Mme Jacqueline Lydia MIKOLO.

Durant deux (02) jours, les présentes assises ont été un cadre d’échange et de partage d’expériences autour de plusieurs thématiques abordées en trois (03) panels afin de sensibiliser les décideurs, opérateurs économiques, acteurs des secteurs publics et privés et la société civile, à la question de l’entrepreneuriat féminin. Parmi ces thématiques, on note :  » L’entrepreneuriat féminin : l’agro-business secteur de développement économique en période Covid-19 et post-Covid-19  » ;  » Quels dispositifs d’accompagnement financier pour nos TPE/PME ?  » ;  » Fiscalité : Mesures incitatives pour nos TPE/PME dans un contexte de relance et de diversification de l’économie « .

Dans le premier panel, (constitué des Ministres congolais en charge des PMEASI, Affaires sociales, de l’Action Humanitaire et de la Solidarité ; du Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté de la Côte d’Ivoire et du Représentant-Résident du PNUD Congo), il est signifié que l’autonomisation des femmes et le renforcement des capacités managériales des femmes entrepreneures reviennent à la mise en pratique d’une économie intelligente. « D’où l’impérieuse nécessité de les former, les sensibiliser et de les accompagner dans les diverses axes de l’agro-alimentaire que sont la production, la conservation de la transformation ». Dans ce panel, les femmes ont été appelées à se constituer en groupements afin de bénéficier des formations, et des mesures d’accompagnement à leur profit.

Le panel, composé du Ministre délégué auprès du Ministre des Finances et du Portefeuille public, chargé du Budget ; d’un expert comptable CEMAC; du Président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Pointe-Noire et d’une Représentante du Président de l’UNOC, a rapporté que dans la dynamique de relance et de la diversification de l’économie,les réformes destinées à promouvoir à l’entrepreneuriat doivent impérativement identifier et éliminer les obstacles à la formalisation des petites entreprises et surtout de mettre en place un système fiscal adapté à la nature et à leur fonctionnement. Les panelistes ont recommandé le renforcement de la confiance entre les entreprises et l’administration fiscale, l’amélioration des outils de collectes, la sécurisation des recouvrements, la formation des cadres et agents de l’administration fiscale, le renforcement des moyens de contrôle.

« L’objectif visé par ces assises est autant de faire du Congo un pays accueillant pour les entrepreneurs, que de susciter des vocations entrepreneuriales en milieu jeune, de facon à créer une nouvelle dynamique économique génératrice de croissance et d’emploi. Réfléchir aujourd’hui pour trouver des solutions et les mécanismes de leur promotion à travers ces assises est le moyen le plus sûr de construire l’avenir, l’avenir de notre jeunesse et de notre pays », a estimé M. Anatole Collinet MAKOSSO, Premier Ministre, Chef du Gouvernement congolais, ajoutant par ailleurs que dans le cadre du Plan National de Développement 2022-2026, le Gouvernement entend pleinement faire jouer aux Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises, le rôle de force motrice dans la diversification économique, la création d’emplois, de richesses et la réduction de la pauvreté au Congo.

Peu avant l’entame des échanges en panels, les participants ont visité les stands où ont été exposés des produits des artisans.

Le renforcement de la confiance entre les entreprises et l’administration fiscale; l’amélioration des outils de collectes ; la sécurisation des recouvrements ; la formation des cadres et agents de l’administration fiscale ; le renforcement des moyens de contrôle; la vulgarisation de la loi des finances et du code général des impôts à l’endroit des entrepreneurs; encourager à la formalisation pour pour renverser la tendance des 29 % d’entreprises formelles dirigées par les femmes; former et structurer les femmes rurales en groupements pour une intégration progressive et adaptée dans l’économie formelle; mettre en œuvre des modèles de financements innovants et adaptés aux activités génératrices de revenus des acteurs du secteur informel en général et des femmes en particulier ; digitaliser l’ensemble des procédures de création d’entreprises et de délivrance des cartes d’artisans dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires… ont été les différentes recommandations formulées à l’issue de cette grande rencontre.

« Il m’est agréable de prendre acte des conclusions des Assises Nationales de l’Entrepreneuriat au Congo, édition 2022. Je me réjouis sincèrement des résultats auxquels nos travaux ont abouti. La crise que nous vivons aujourd’hui nous invite à plus de lucidité, de créativité et de combativité afin d’exécuter le plan d’actions prioritaires, fruit des recommandations de cette troisième édition. Il s’agit de recentrer la place de l’entrepreneur féminin au cœur du développement socio-économique de notre pays, en s’appuyant sur leur esprit inné d’innovation et de leur résilience à toute épreuve. Cette mise en œuvre requiert aussi d’agir sur tous les leviers susceptibles d’impulser et de multipler les opportunités de création d’emploi afin de répondre à la double exigence, celle à la fois de relance et de la diversification de l’économie nationale », a conclu la Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Artisanat et du Secteur Informel, Mme Jacqueline Lydia MIKOLO, indiquant l’organisation, dans les jours à venir, de la caravane de l’entrepreneuriat qui mettra à profit les acquis du Concours du Plan d’Affaires et de l’ADPME à travers le Projet PADEC, pour les 150 futurs promoteurs et porteurs de projet qui seront sélectionnés sur l’ensemble du territoire national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
27 − 12 =