Lutte contre la corruption: Les agents du ministère de l’énergie et hydraulique sensibilisés sur les textes

0
286

Conduite par son président Emmanuel OLLITA ONDONGO, une délégation de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption (HALC) s’est entretenue, ce 11 novembre 2021 à Brazzaville, avec les agents du ministère de l’énergie et de l’hydraulique et dew structures sous tutelle. Rencontre qui s’inscrit dans un vaste plan de communication, d’information, de sensibilisation et de vulgarisation des textes de référence de la HALC sur la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées qui minent la société congolaise.

L’objectif de cet échange est d’impulser, non seulement, une dynamique de moralisation, de collaboration entre la HALC et ces agents ,mais de prévenir, combattre et vaincre ce fléau.

Adressant ses félicitations à la HALC pour ses descentes effectuées, Honoré SAYI, Ministre de l’énergie et de l’hydraulique a indiqué qu’ « en sus des des modestes efforts de conscientisation consentis par nous, la campagne que vous poursuivez sur la sensibilisation et l’éducation des citoyens sur les effets néfastes engendrés par la corruption, la concussion, la fraude et autres infractions assimilées trouvera un nouvel écho qui, assurément, boostera les changements de mentalité dans les secteurs publics et privés en général et particulièrement au ministère de l’énergie et de l’hydraulique ».

Le Ministre Honoré SAYI en compagnie du président de la HALC Emmanuel OLLITA ONDONGO

En outre, il a exhorté l’ensemble des agents du ministère à s’approprier toutes les informations qui seront mises à leur disposition, afin de les répercuter auprès de leurs collègues administrés.

Intervenant à son tour, le président Emmanuel OLLITA ONDONGO a présenté les missions et la nomenclature de la HALC, tout en définissant les différents concept d’antivaleurs.

« La Corruption, c’est l’action qui consiste à engager une personne investie d’une autorité à agir outre son devoir, en se soudoyant.
La Concussion quant à elle, c’est la perception illicite par un agent public, de sommes qu’il sait ne pas être dû, une exaction, une malversation. La Fraude, c’est une action faite de mauvaise foi dans le but de tromper. La tentative de l’une ou l’autre de ces infractions est prévue dans la loi anti-corruption N°5-2009 du 22 septembre 2009. Au sens courant, l’impunité est le fait de ne pas risquer d’être puni lorsqu’on pose un acte qui va à l’encontre des règles établies »
, a-t-il souligné.

A l’en croire, il est important de sensibiliser l’opinion nationale sur l’arsenal juridique de cette institution parce que les textes existent mais sont « mal connus du public ». Il s’agit de : la Loi N°5-2009 du 22 septembre 2009 sur la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées; la Loi N°3-2019 du 7 février 2019 portant création de la HALC ; La Loi N°4 2019 du 7 février 2019 relative à l’obligation de la déclaration de patrimoine par les citoyens élus ou nommés à une autre fonction publique; le Décret N°2019-320 du 12 novembre 2019 fixant les modalités d’application de la loi relative à l’obligation de déclaration de patrimoine par les citoyens élus ou nommés à une haute fonction publique; le Décret N°2019-391 du 28 décembre 2019 portant organisation et fonctionnement de la HALC.

« Nous avons le devoir de baliser la voie de l’émergence du Congo tant attendue. Or, il est incompatible de sauver d’un côté l’émergence d’un pays, et de l’autre entretenir dans ce même pays les antivaleurs comme la corruption, la concussion, la fraude. L’Afrique perd chaque année 150 milliards de dollars pour des faits de corruption et le Congo n’est pas épargné de cette catastrophe. Notre devoir commun serait de placer le Congo sur la voie de l’émergence, car il n’y a pas mieux que les Congolais pour construire ce pays », a-t-il précisé .

Lors de cette rencontre, plusieurs communications ont fait l’objet d’exposés. Il s’agit de l’« Ecosystème national de lutte contre la corruption : place et rôle de la HALC » présenté par Martin DJOUOB, Chef de Département de la Planification, du Suivi et Evaluation; « La HALC et ses procédures de saisine » par Juslain MBONGO, Conseiller Administratif et Juridique du Président de la HALC ; « Aperçu général de la Loi anti-corruption » par Ruffin BAKOUETANA, Assistant du Secrétaire Général de la HALC ; « Lutte contre la corruption : place de la loi relative à la déclaration du patrimoine » par Germain LOUBOTA, Chef de Département de la Propagande, la Sensibilisation et de la Communication de cette institution .

Pour l’un des agents de ce ministère , cette rencontre a été riche en enseignement car ce fléau est un phénomène social à la fois grave et préoccupant dont les conséquences impactent négativement la vie socio-économique du pays.

La HALC va poursuivre sa campagne de sensibilisation à la lutte contre la corruption et autres infractions assimilées dans les administrations publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =