A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement célébrée le 5 juin de chaque année par les Nations Unies pour encourager l’action mondiale en faveur de la protection de l’environnement, le Gouvernement Congolais a rendu public, ce 05 juin 2021 à Brazzaville, un message, lu par Madame Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo (MEDDBC).

Placée sous le thème : “ La restauration des écosystèmes ” , cette 49ème Journée Mondiale de l’Environnement vise à conscientiser les populations du monde entier sur la nécessité de préserver leurs écosystèmes et leur environnement pour leur propre bien et pour celui des générations futures.

« Un écosystème, c’est un équilibre naturel dans lequel les hommes, les animaux, les insectes, les plantes, les arbres, l’eau, coexistent en symbiose et ne peuvent pas vivre les uns sans les autres, car si l’un des maillons de cette chaîne venait à disparaitre, c’est tout l’ensemble qui serait en danger. Préserver et restaurer nos écosystèmes n’est pas un luxe. C’est une nécessité pour notre survie à tous, car notre santé dépend de celle de notre environnement. Il y a donc urgence à agir » , a affirmé Arlette SOUDAN-NONAULT.

Mme Arlette Soudan-Nonault lors de cette déclaration.

Pour elle, qand on parle d’écosystème au Congo, on pense tout de suite à cette extraordinaire niche écologique qu’est le Bassin du Congo, cette exceptionnelle réserve de biodiversité de quatre millions de kilomètres carrés partagé avec les pays limitrophes ou voisins, cette seconde forêt primaire au monde après celle de l’Amazonie et qui recouvre 65% de notre territoire national.

« On ne le répétera jamais assez : cet écosystème du Bassin du Congo est non seulement vital pour nous, mais pour l’ensemble de la planète. La perte de ces forêts libérerait 80 milliards de tonnes de gaz carbonique dans l’atmosphère et la disparition de nos tourbières de la Cuvette Centrale, 30 milliards de tonnes de plus. Les effets d’une telle catastrophe feraient augmenter la température moyenne mondiale non pas de 1,5 degrés, à l’horizon 2050 mais de 5 degrés, avec des conséquences incalculables pour l’humanité » , a-t-elle ajouté.

Ainsi, le Gouvernement congolais à travers cette déclaration, rappelle que la protection de l’environnement concerne tous les congolais.

« Oui, il y a urgence à agir. Et agir, c’est d’abord prendre ensemble conscience que la terre ne nous appartient pas mais qu’au contraire nous lui appartenons et nous en dépendons. Agir, c’est aussi prendre ensemble l’engagement de ne plus détruire les conditions d’habitabilité de notre maison commune. Pour notre génération et pour les générations futures, il est temps d’explorer d’autres manières d’être au monde » , a souligné la Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo.

Notons que cette journée mondiale de l’environnement a été instituée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) en 1972 pour la promotion de la sensibilisation et de l’action en faveur de l’environnement dans le monde.

Télécharger la déclaration en Pdf 👇

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
6 × 3 =